AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Attaque [mission3]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Achille, héros de Troie
Historique
Historique
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 23/09/2008

Moi,et rien que moi !
Age du personnage et Profession: héros antique
Diamants:
25020/1000000000  (25020/1000000000)
Inventaire Objets:

MessageSujet: Re: Attaque [mission3]   Mar 27 Oct - 20:03

Dire qu'il y voyait clair aurait été mentir de bout à bout. En fait, Achille, fils de Pélé et Thétis ne comprenait rien ou à peu près rien. Des vagues souvenirs de coups à répétition et une paire de bosses énormes sur son crâne prêtaient foi de ses divers pépins en ces dernières 48 heures...en plus, on lui avait tiré dessus et fait tomber de son cheval. De quoi se déclarer ravi...Ça fichait un peu en l'air la croyance populaire sur son invincibilité!

Jess, toujours au service de son prochain, rafistola son crâne et lui refila une aspirine pour si jamais il avait mal quelque part avant de lui signifier qu'il pouvait reprendre sa place au combat...si jamais il y en avait encore.

Décemment vêtu, il rejoignit l'assemblée où son entrée en scène provoqua quelques regards suspicieux. Une âme compatissante crût bon le mettre au courant de ses faits est gestes, très divers, entre autres avoir viré de bord et se prendre pour un barbare.

Sans commentaires. On avait autres problèmes de quoi s'occuper. La proposition de l'ennemi, rapportée par un Richard assez tabassé donnait en effet pied à multiples réflexions.


Je suis de l'idée de leur tomber dessus et leur couper la gorge jusqu'au dernier. Nous faisons le nombre et avons des armes bien plus efficaces. Une expédition punitive s'impose de quoi leur faire sentir de quel bois on se chauffe. Ce n'est peut être pas une idée de génie mais me direz vous...que faire d'autre?

En plus il avait mal à la tête, allez deviner pourquoi. Décidément Louis n'y était pas allé de main morte avec sa poêle à frire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebastien Darken
Personnel du village
Personnel du village
avatar

Nombre de messages : 341
Date d'inscription : 24/08/2008

Moi,et rien que moi !
Age du personnage et Profession:
Diamants:
13720/1000000000  (13720/1000000000)
Inventaire Objets:

MessageSujet: Re: Attaque [mission3]   Mer 28 Oct - 12:57

Vive la trêve mais à quel prix ! La « proposition » des sauvages était tout simplement abominable.
Evidemment sa chère épouse rua dans les brancards ainsi que la majorité des femmes présentes. Certes l’une ou l’autre « cinglée » accepterait peut-être d’aller faire mumuse avec les barbares mais quand on sait comment ces gens traitaient leur(s)compagne(s) à leur époque… elles seraient minoritaires.
Les réactions furent générales, parfois animées. Néanmoins le débat n’évoluait pas. Fort de sa position de maire, Sébastien se devait de prendre aussi la parole :


Laisser le choix est évident, dit-il gravement quand plusieurs se furent exprimés. Nous devrons, les plus « modernes », bien expliquer à ces candidates ce qui les attend à vivre avec ces… gens. Je crains néanmoins qu’ « offrir » quelques têtes ne satisfera pas ces hommes… Au contraire. Si un homme sur cinq obtient une compagne, cela créera des jalousies et des rixes entre eux. Rixes qui pourraient bien se retourner contre nous, un jour ou l’autre.
J’avoue qu’avoir ce genre d’individus à proximité ne me plaît guère. Tôt ou tard, ils risquent de revenir réclamer autre chose sous quelque prétexte que ce soit, et ainsi de suite
.

Il fit une pause afin que ses paroles soient bien perçues par l’assemblée, puis reprit :


Les terres alentours sont nombreuses et loin d’avoir été toutes explorées à fond.
Je serais d’avis de leur confier les territoires derrière la montagne, très loin, mais… la meilleure solution serait de faire comme Achille le dit : forçons-les à retourner d’où ils viennent ! Ils ne peuvent pas gagner, la lutte est trop inégale. Cela nous demandera des sacrifices mais si je veux la paix, je ne la veux pas à leurs conditions. A nous d’imposer les nôtres : les femmes qui voudront les suivront mais qu’ils cherchent des terres ailleurs.
Nous bouclerons tout notre périmètre vital ensuite, histoire de ne plus connaître ce genre de mésaventures.


Un profond silence régna après ce laïus. Ferme, Darken chercha le soutien dans les yeux de son épouse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heléne, la belle de Troie
Historique
Historique
avatar

Nombre de messages : 123
Humeur : Enjouée
Date d'inscription : 07/05/2009

Moi,et rien que moi !
Age du personnage et Profession:
Diamants:
4350/10000000  (4350/10000000)
Inventaire Objets:

MessageSujet: Re: Attaque [mission3]   Mer 28 Oct - 14:54

Les derniers évènements avaient drôlement secoué Hélène. Il y avait bien de quoi, d'ailleurs. Le retour d'Achille, le départ de Richard, la fin du combat et puis...ces demandes affolantes dont leur faisait part l'ennemi.

Sans quitter la rassurante étreinte de Louis, la belle écouta les propos tenus dans cette singulière assemblée pour venir à bout de ce problème si épineux.
Les propositions qui fusaient était plus hasardeuses les une que les autres, la plupart totalement inacceptables. Personne ne pouvait songer à offrir quelques femmes au sacrifice rien que pour avoir la paix avec ces barbares d'autres temps.

Quand le héros grec parla, Hélène se dit que sa proposition était de loin la plus valable. Peut être parce que venant de la même époque ils ne connaissaient que la guerre sans merci comme solution valable. Mais voilà que le Maire pensait de même.

Ils ne peuvent pas gagner, la lutte est trop inégale. Cela nous demandera des sacrifices mais si je veux la paix, je ne la veux pas à leurs conditions.

Un frisson de terreur la parcourut. Il y aurait combat et elle savait sans l'ombre d'un doute que son Louis suivrait le mouvement. Son unique réflexe fut de se serrer contre son bien aimé en invoquant clémence divine...ce qui devrait être serait mais...

Zeus, mon divin père...protège mon roi!

Et comme si cette prière muette la réconfortait, elle leva ses yeux vers celui qui avait su si bien conquérir son cœur et sourit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard Francis Burton
Historique
Historique
avatar

Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 21/09/2008

Moi,et rien que moi !
Age du personnage et Profession: 30 ans, explorateur, diplomate, espion
Diamants:
2540/100000000  (2540/100000000)
Inventaire Objets:

MessageSujet: Re: Attaque [mission3]   Jeu 29 Oct - 20:57

Être entouré, rafistolé, réconforté aurait pu suffire à Richard après la nuit d’en fer qu’il venait de subir. Dormir un bon coup, ne lui aurait pas fait de tort non plus mais il y avait urgence dans les décisions à prendre. Tant bien que mal, il gagna la salle des débats et ouvrit grand les oreilles. Il en entendit des choses ! L’égoïsme de Louis, le scia. La rébellion des femmes, bien que prévisible, le laissa cependant pantois. A son époque, les femmes écoutaient ce que disaient les femmes, sans s’en mêler… Ici, tout était vraiment différent.
Même Marie et Sissi se mirent de la partie ; Hélène, elle au moins, ferait ce que Loulou déciderait.
La tendance semblait se dessiner vers une attaque avec les avis déterminants d’Achille et de Darken. Cela chiffonnait Burton qui était un pacifiste dans l’âme. Le brouhaha devenait intense, tous parlant en même temps. Les uns voulaient changer de lieu de résidence, d’autres astiquaient déjà leurs armes.
N’ayant jusqu’ici que délivré un message et écouté les autres, l’ambassadeur crut le moment venu de donner enfin son avis :


ON SE CALME ! clama-t-il.

Voir ce grand brun déplier sa carcasse raccommodée pour les houspiller, impressionna la cantonade qui obtempéra presque illico.

Tout ce qui a été dit contient des vérités, admit-il dans le silence rétabli. Compte tenu de mes fréquentations antérieures avec de moins… civilisés, et tenant compte des faits historiques, nous ne devrions pas avoir de souci avec les indiens qui, même, traiteraient bien les femmes. Par contre, les barbares, eux, risquent effectivement de nous tracasser encore. L’ennui c’est que nous ne pouvons rejeter les uns, sans les autres… Ils ont fait alliance et, pour les peaux-rouges, parole donnée est parole sacrée.

Un vrai casse-tête sans vilain jeu de mots.

Je dois apporter une réponse ferme au grand chef Cheyenne Lame White Man, après-demain, à l’aube. Nous avons donc près de deux journées complètes pour décider. Monsieur le maire, sans vous commander, je propose que toutes les femmes désireuses de s’unir aux Indiens se manifestent d’ici demain midi. En attendant… il faudrait renouveler le stock de munitions.

Voilà, il avait vidé son sac. Pas entièrement mais le plus gros. La partie qu’il voulait jouer devrait être fine. Sa tête serait le prix de l’échec, il le savait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jess Owen
Admin sadique
Admin sadique
avatar

Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 17/08/2008

Moi,et rien que moi !
Age du personnage et Profession: 30 ans; médecin
Diamants:
35368/100000000  (35368/100000000)
Inventaire Objets:

MessageSujet: Re: Attaque [mission3]   Ven 30 Oct - 2:33

Après la réunion houleuse, des ordres avaient fusés, des avis placardés. La mine s’activa de plus belle pour nourrir le champignon local tandis qu’une équipe fila à celui du dehors afin de renouveler armes et munitions.
Timidement, ou se pavanant, une quinzaine de femmes se portèrent volontaires. De l’avis général, c’était inespéré. Les indiens mâles se battraient peut-être pour les conquérir ; les barbares, eux, … Mystère.
A l’aube du second jour, tout était prêt ; un cheval fut sellé…

Post MJ


Tous vous avez, à votre façon, vécus ces deux jours. Racontez-les.

J’aimerais que Marie commence, suivie de Richard, puis Achille, Julie, Darken, Miranda, Sissi, Benett, Hélène, et Louis.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie Mancini
Historique
Historique
avatar

Féminin
Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 07/05/2009

Moi,et rien que moi !
Age du personnage et Profession:
Diamants:
100/0  (100/0)
Inventaire Objets:

MessageSujet: Re: Attaque [mission3]   Ven 30 Oct - 20:37

Après avoir décidé des choses à faire, tout le monde se mirent au travail, des affiches avaient été placardé un peu partout dans le village pour que les femmes qui désirer rejoindre les barbares se présentent d’elles mêmes.
Marie voulait aider du mieux qu’elle pouvait, alors relevant ses manches, elle alla à la mine de diamants aider les volontaires à extraire ces fameuses pierres précieuses pour nourrir le champignon. Bien que certain était heureux de voir deux mains de plus les aider, d’autre ne voulaient pas être retardé par une princesses qui se plaindrait à chaque ongle cassé.
La jeune femme faisait du bon boulot, elle avait extrait beaucoup de diamants de la mine et en faisait autant que les hommes, mais la fatigue se faisait sentir très vite, car elle n’avait pas eut l’habitude de travailler, à part coudre ou faire de la broderie, elle ne savait pas faire grand-chose.

Depuis qu’elle avait eut cette deuxième chance, Marie voulait faire de nouvelles choses et montrer aux autres qu’elle n’était pas une simple potiche, habillée comme un homme pantalon et chemise, elle se fondait dans le décor. Après des heures à se tuer à la tâche, elle était sur les genoux et fut raccompagner au village par Richard qui la trouvait un peu pâlotte.

Le soir venu la jeune femme s’écroula sur son lit après avoir mangé un petit morceau sur le pouce. Le lendemain, elle aida les femmes qui s’étaient portées volontaires à faire leurs bagages, ce qui lui prit presque toute la journée, elle n’avait pas vu Richard du tout, juste à midi le temps de lui rapporter un sandwich et une carafe d’eau. Le soir arriva très vite, et en rentrant chez elle, Marie découvrit que Richard était assis sur une chaise, il devait sans doute l’attendre. Elle referma la porte derrière elle et s’approcha du jeune homme.


Je suis très flattée que vous m’aillez attendu…. Voulez-vous dîner, je peux vous faire un bon repas ? En tout cas moi j’ai très faim.

Après avoir concocté le repas, les deux jeunes gens s’installèrent à table, Marie ne voulait pas qu’il parte le lendemain à l’aube mais c’était ainsi, il n’avait pas le choix, Richard devait se rendre auprès du chef des barbares, mais reviendrait-il ? Pour le moment elle ne voulait pas y penser, elle voulait passer la soirée avec lui sans penser au lendemain.

Je ne veux pas que vous vous en alliez ce soir, restez donc encore un peut, demain est un autre jour et je ne veux pas y penser pour l’instant, j’aimerai vous connaître un peu plus…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard Francis Burton
Historique
Historique
avatar

Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 21/09/2008

Moi,et rien que moi !
Age du personnage et Profession: 30 ans, explorateur, diplomate, espion
Diamants:
2540/100000000  (2540/100000000)
Inventaire Objets:

MessageSujet: Re: Attaque [mission3]   Lun 2 Nov - 1:50

Il avait dit tout ce qu’il avait à dire. Richard se sentait usé, plus vieux que les ans écoulés alors que la journée commençait à peine. Déclaré inapte au travail par Darken, il se réfugia dans son pavillon merveilleusement intact après les assauts. Demain, à l’aube, sa tête serait sans doute renvoyée au village, qui sait ? La journée s’écoula alors qu’entre deux sommes, il faisait le point. Erreurs passées, futures défilèrent. Se trompait-il ? Probablement oui. Bah ! Burton ne regrettait rien sauf peut-être Isabel.
Toute la journée s’écoula ainsi. A part une courte apparition au chantier en effervescence, on ne le vit pas. Marie se décarcassait beaucoup à la mine, ils avaient pris un sandwiche ensemble, échangés quelques mots puis Burton s’était à nouveau isolé. Nuit solitaire, inutile.
Un peu plus vaillant le lendemain, il participa d’avantage aux préparatifs de la future action musclée. Les sévices subis le privaient de piocher ; il surveillait, c’est tout. Qu’Achille et Loulou soient à nouveau copains l’enchantait. L’un avait sa Julie, l’autre son Hélène et lui… personne.
Il passa la majorité de la journée à méditer sur un rocher en contemplant la mer. Y aurait-il un lendemain ? De quel ordre ? Tout avait bien avancé ; le village s’apprêtait à une guerre sans merci. Solitaire et désœuvré, il regagna son pavillon à la tombée du jour. Quel démon lui fit changer de chemin ? Il n’en savait trop rien mais se retrouva sur le porche de l’habitation de Marie.
Rentrant du travail, elle ne pouvait pas le rater :


Je suis très flattée que vous m’ayez attendue…. Voulez-vous dîner, je peux vous faire un bon repas ? En tout cas moi j’ai très faim.

Faim ? Non, il n’avait pas faim. Un homme qui se prépare à la mort ne pense pas à des considérations pareilles. Si cela lui faisait plaisir… Il accepta d’entrer et la voir s’activer aux fourneaux le dérida un peu. Elle cuisinait bien. Pour une femme qui ne s’était jamais beaucoup servie de ses 10 doigts, Marie semblait s’être reconvertie. Repas simple, mangé du bout des dents, sans échanger grands dialogues, Richard remercia son hôtesse en se levant :

Merci Mademoiselle de m’avoir offert le repas du condamné.

Je ne veux pas que vous vous en alliez ce soir, restez donc encore un peu, demain est un autre jour et je ne veux pas y penser pour l’instant, j’aimerai vous connaître un peu plus…

Très charmante invitation ; ultra tentante s’il en est.

Marie… Laissons tomber la politesse de pacotille, tu veux ? Tu voudrais me connaître plus ? Pourquoi faire ? Demain, si ça tombe, c’est ma tête au bout d’un pic que tu recevras. Je n’ai rien à t’offrir, à te promettre. Cela fait des jours que je t’observe, et tu as… changé. J’ai l’impression que la femme futile que tu fus a disparu ; j’en suis… heureux. Pourquoi sommes-nous ici ? Nous devrions être des squelettes pourris depuis longtemps. Pourtant tu es là et je le suis encore un peu. Sache que tu m’as apporté plus que tu n’imagines mais je ne veux ni serments, ni regrets.

Tout en douceur, il l’enlaça et, pour la 1ère fois depuis qu’il avait perdu da femme, Richard goûta d’autres lèvres.

Si je reviens intact, on en reparlera. Là… je ne veux pas te laisser sur une fausse note. Adieu, ma douce.
Un bisou, il s’éloigna.
Aube grise, épaules basses, Burton monté sur un cheval, s’avança au lieu du rendez-vous.
A son grand étonnement, Lame White Man était seul dans la clairière. Quel homme ! Emplumé, maquillé, Richard ne douta pas de la détermination affichée.
Les chevaux se frottèrent le museau tandis que les humains s’affrontaient du regard.


Je suis là, dit Richard. Et n’apporte pas de bonnes nouvelles. 15 Femmes sont prêtes à suivre tes fidèles. C’est tout ce que l’on a su faire.
Fais ce que tu dois faire.


Poitrine haute, Burton attendit la lance qui le ferait partir. Pourtant… Un rire creva l’air pur du site :

Si je suis seul, ce n’est pas pour rien. Wallia dort avec son favori. Je me doutais que ça ne fonctionnerait pas. On prendra les femmes et les terres si tu m’aides à me débarrasser du barbare.

La surprise faillit étrangler Richard. Non seulement on ne le tuait pas mais on lui demandait de l’aide.
Il dut prendre quelques minutes pour assimiler avant de déclarer :


Tu auras tes terres. Le village est prêt à refouler ses ennemis. Dans deux heures, arrange-toi pour que les barbares soient près du totem- champignon. On va les refouler en beauté !

Jamais Burton n’avait fait cavaler si vite un cheval.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Achille, héros de Troie
Historique
Historique
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 23/09/2008

Moi,et rien que moi !
Age du personnage et Profession: héros antique
Diamants:
25020/1000000000  (25020/1000000000)
Inventaire Objets:

MessageSujet: Re: Attaque [mission3]   Mar 3 Nov - 23:07

Le guerrier écouta l'exposition de Darken et celle de Burton comme en songes. Il n'avait jamais supposé qu'un coup sur le crâne pouvait le mettre dans un état pareil...si cela n'avait été que ça, tout héros antique et tout ce qu'on voudrait raconter sur lui, en tout cas, en ce moment il se sentait misérablement mortel.

Achille parvint sans trop de mal à se convaincre que la seule chose qu'il lui restait à faire était se trainer jusqu'à son lit et y rester jusqu'à ce que le monde arrête de tanguer de façon si moche. La fatigue de ces derniers jours lui tombait dessus comme une chape de plomb. Il devait offrir une image plutôt pitoyable parce que Louis n'hésita pas à voler à son secours ainsi que Julie. à eux deux, ils l'escortèrent jusqu'au pavillon qu'il continuait de partager avec l'avocate et avec des soins dignes d'une mère le mirent au lit. Louis semblait se faire pas mal de bile pour son ami mais celui ci, brute sur les bords, coupa court les épanchements.

Merci de tout, Louis...mais si tu me fais une bise je te sors par la fenêtre!

À la façon des bons vieux temps pour laisser clair qu'il avait beau se sentir comme un chien battu, il n'avait pas pour autant l'intention de rendre l'âme de sitôt. Par contre, il n'opposa aucune résistance aux câlins prodigués par sa belle...le seul hic est qu'il n'y correspondit point et s'endormit pendant qu'elle disait quelque chose entre deux baisers.

Tard, le lendemain matin, il parvint à revenir au monde des vivants, se sentant tout à fait ragaillardi et en forme. Le mal au crâne avait disparu ainsi que la fatigue. Un mot de Julie l'informa qu'elle était partie de bonne heure à la mine et serait de retour pour le déjeuner. Il ne pensait pas rester à l'attendre là, en jouant les grands malades.

Les hommes de la Milice le virent faire son apparition avec une grimace. Fini le calme, le boss était de retour et on ne lambinait pas avec lui. Le Prince des Myrmidons passa en revue sa troupe, donna...gueula quelques ordres puis alla s'enquérir sur les progrès faits aux travaux pour la défense du village. Il y trouva Darken et Louis, très affairés à creuser des fossés, lever une robuste palissade et mettre en place la batterie d'artillerie "lourde".


Si j'avais eu ça, Troie serait tombée en deux jours!

Mais si cela avait été ainsi on se serait tous vus privés d'une bonne histoire. La journée se passa à la corvée, pas le temps de rentrer trouver Julie et s'asseoir prendre le repas comme si la vie était belle et il n'y avait aucun problème à l'horizon. Il ne la revit qu'au soir, en rentrant enfin après avoir fait encore une tournée des vigies.

Désolé, mais il y avait trop à faire...et ta journée, Julie, pas trop dure? Viens là...Tu m'as manqué.

Il la prit dans ses bras et la serra contre lui.

Demain ne va pas être un jour facile, il peut se passer n'importe quoi...Je préfèrerais que tu restes à l'écart, ma douce...ce ne sera sûrement pas du joli à voir.

Ils dinèrent tranquillement, en parlant de tout et de rien. Il lui expliqua à gros traits la stratégie du combat mais ne voulant pas l'ennuyer passa au thème qui ce jour donnait de quoi parler à plus d'un.

Savais tu que quinze femmes se sont portées volontaires pour aller avec les Indiens? Je n'aurais jamais cru cela possible. Il y en a des vraiment moches, à espérer que les Peaux Rouges soient aveugles ou aient très mauvais goût mais il y en a quelques unes qui sont très bien, ça donne de quoi penser...les gars de ce bled doivent être des imbéciles perdus...

Lui ne l'était pas et ne pensait pas lui donner un motif pour préférer migrer chez les sauvages...

À l'aube de ce deuxième jour fatidique, il était présent lorsque Sir Richard Burton sauta en selle et s'éloigna dans la clarté grise.

Nous saurons à quoi nous en tenir dans un moment!

Sans un mot, ils restèrent là, Darken, Louis, lui et la troupe, armée jusqu'aux dents, prêts à riposter en cas d'attaque surprise...

Mais cela n'arriva pas, dans la diffuse lumière du petit matin, un cheval venait vers eux, ventre à terre, mené avec dextérité par son cavalier.

Et il a encore la tête sur les épaules!, assura sobrement Achille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julie Lousiane
Modo sympatoche
Modo sympatoche
avatar

Féminin
Nombre de messages : 471
Age : 40
Humeur : Super géniale !!
Date d'inscription : 21/11/2008

Moi,et rien que moi !
Age du personnage et Profession: 29 ans Avocate
Diamants:
9200/1000000  (9200/1000000)
Inventaire Objets:

MessageSujet: Re: Attaque [mission3]   Ven 6 Nov - 22:17

Julie et Louis aidèrent Achille à se mettre au lit, il n’avait pas bonne mine et était très affaiblit, ce dernier jour avait été très difficile pour lui ainsi que la veille, et entendre de la bouche de Richard ainsi que de celle de Seb ce qu’il avait fait, le laissa surpris, jamais il n’aurait pensé avoir fait chose pareil.
Après le départ du XIVème, Julie administra au jeune Grec des caresses et des câlins qu’il appréciait beaucoup et qui l’endormir très vite aussi. Elle ne s’en rendit pas compte de suite.


J’ai eu très peur pour toi, j’ai vraiment cru que nous t’avions définitivement perdu…. mais tu es là à présent et je suis très heureuse….. jamais je n’avais pensé m’attacher autant à quelqu’un, je…..

Avant de dire autre chose, elle se pencha vers son visage pour lui prodiguer un baiser fou, mais il dormait déjà, alors le laissant se reposer, elle tourna les yeux vers le plafond, plongée dans ses réflexions.

Le lendemain matin, après une nuit à cogiter, Julie se leva doucement pour ne pas réveiller le jeune homme qui dormait du sommeil du juste, elle lui laissa un mot, l’informant qu’elle partait travailler à la mine et qu’elle se rait de retour pour le déjeuner.
Avant de sortir de l’habitation, elle déposa un baiser sur les lèvres d’Achille en lui murmurant quelque chose à l’oreille.
A la mine de diamant, Julie retrouva Marie qui se donnait à fond, elle avait bien changé et cela se voyait beaucoup, les femmes travaillaient autant que les hommes qui se trouvaient là, même si il n’y en avait pas tellement, la plupart d’entre eux étaient restés au village pour bâtir des barricades et autres. Midi sonna, l’avocate s’éclipsa pour aller retrouver Achille, mais il ne vint pas, elle se demanda ce qui le retenait, mais au bout d’un moment elle le vit en train de crier sur ses hommes et d’aider le maire à renforcer le village. Rien ne lui faisait plus plaisir de voir un homme suer comme un âne pour protéger ses terres.

Revenue chez elle à le tombée de la nuit, fatiguée et éreintée, Julie voulu quand même préparer un bon repas pour Achille qui devait mourir de faim, il entra à l’instant même ou elle terminait de dresser la table.


Désolé, mais il y avait trop à faire...et ta journée, Julie, pas trop dure? Viens là...Tu m'as manqué.

Elle couru presque vers lui et se laissa prendre dans ses bras, c’était si bon de se sentir en sécurité, blottit contre le jeune homme elle leva les yeux vers lui et l’embrassa tendrement, puis lui désignant une chaise, il s’installa tranquillement. Pendant le repas elle lui raconta sa journée.

Toi aussi tu m'as manqué..... Piocher à la mine n’est pas si facile que ça, bien sûr je l’ai déjà fait, mais pas autant, c’est épuisant…. J’ai vu Marie, elle a bien changé, je trouve et c’est tant mieux.

Achille ne voulait pas que la jeune femme assiste au carnage, si il y en avait, elle fit signe de la tête, elle resterait donc en retrait. Ensuite il lui raconta la stratégie qu’ils avaient mis en place pour recevoir de pieds ferme les barbares, mais ne voulant pas trop l’assommer avec ça, il changea de sujet, en lui disant que 15 femmes s’étaient présentées pour rejoindre l’autre camps, ce qui n’était pas mal du tout, mais serait-ce suffisant, Julie en doutait. Achille lui dit aussi que certaine d’entre elles étaient hideuse mais que d’autres n’étaient pas al du tout, elle ne pipa mot mais son sang fit quelques tours. Jalousie ? Peut-être..

La nuit se déroula dans une atmosphère très torride et quand vint le matin, Achille octroya un fougueux baiser à sa tendre et sortit dans l’aube de ce jour fatidique. Julie tournait en rond, que devait-elle faire ? Elle ne voulait pas qu’il arrive malheur au jeune Grec, mais au bout d’une heure, elle ne pouvait plus rester là, alors elle sortit quand même de chez elle et vit Richard, toujours vivant descendre de cheval.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *



Avocate à la cour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebastien Darken
Personnel du village
Personnel du village
avatar

Nombre de messages : 341
Date d'inscription : 24/08/2008

Moi,et rien que moi !
Age du personnage et Profession:
Diamants:
13720/1000000000  (13720/1000000000)
Inventaire Objets:

MessageSujet: Re: Attaque [mission3]   Dim 8 Nov - 12:37

Ce n’était que le bon sens qui avait fini par triompher. Les affiches et crieurs publics diffusèrent la nouvelle comme quoi on demandait aux femmes qui désiraient quitter le village et rejoindre les Indiens ou Barbares de se présenter à la mairie le plus vite possible avant le lendemain midi.
En attendant, la mine reprit une activité forcenée et une autre équipe alla prier le champignon en dehors du périmètre.
De nouvelles fortifications furent mises en chantier.
Le lendemain, les défenses étaient prêtes, les armes rechargées et des batteries d’artillerie lourde mises en place. Si l’aversaire était idiot ; il serait massacré. A sa grande surprise, Darken vit se présenter 15 femmes -et pas des moins bien roulées – répondre à l’appel. Sébastien et Miranda se chargèrent de leur rappeler les conditions probables de vie qu’elles allaient affronter. Aucune ne recula malgré le tableau peu amène que les époux leur dépeignirent.


Les squaws n’ont jamais eu la vie facile que vous, femmes modernes, connaissaient. Miranda vous expliquera mieux que moi ce que vous subirez probablement. Moi, je puis vous assurer que vous êtes libres de travail ce jour. Préparez vos bagages ; nous vous fournirons provisions, vêtements, couvertures en conséquence. Peut-être serait-il utile que vous révisiez vos aptitudes à la couture et à la cuisine.

Laissant sa femme compléter la séance, le maire rejoignit le « conseil de guerre »
Les cartes du territoire connu furent déroulées. Darken ne voulait rien laisser au hasard. Si Richard revenait intact de sa mission, il faudrait bien caser leurs voisins quelque part. Loin, de préférence.
L’ennui c’est que tous ignoraient ce qu’il y avait de l’autre côté de la montagne. Les meilleures terres découvertes se situaient à l’ouest.
Il y avait de l’eau douce et des plaines entourées de forêt. Le gibier était abondant et un champignon était proche. Ça pourrait satisfaire les Indiens…


Au petit jour, Burton sauta en selle. Sincèrement, Darken lui envia sa bravoure. Lui… il serait aussi monté à cheval mais aurait sciemment été se perdre n’importe où.
Meubler l’attente fut un calvaire. Heureusement qu’il put parfois étreindre Miranda sans cela il serait devenu fou d’angoisse.
Tout semblait au point. Avec Louis et Achille, il refit le tour des points stratégiques. C’est alors que l’ambassadeur- négociateur revint intact avec une nouvelle fracassante : les Indiens acceptaient le marché ! Ils souhaitaient alliance contre les barbares.
C’était une merveilleuse nouvelle sauf qu’ils allaient devoir en découdre pour de bon.
La meilleure tactique n’était-elle pas de faire s’engouffrer les barbares dans un entonnoir truffé de pièges dont ils ne se relèveraient pas ?
Aussitôt, on s’activa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miranda Fairchild
Modo sympatoche
Modo sympatoche
avatar

Féminin
Nombre de messages : 881
Humeur : Exécrable
Date d'inscription : 23/08/2008

Moi,et rien que moi !
Age du personnage et Profession: 25 ans, richissime héritiére
Diamants:
55880/1000000000  (55880/1000000000)
Inventaire Objets:

MessageSujet: Re: Attaque [mission3]   Mar 10 Nov - 14:03

Ruche en folie! Voilà à quoi ressemblait le village. Tous s'activaient fébrilement, les uns travaillant à la mine, d'autres furent envoyés au Champignon extérieur prier pour plus d'armes, ceux qui restaient travaillaient comme des forcenés à la fortification des lieux.

Forcée par son état, Miranda ne pouvait faire grand chose, personne n'aurait songé à la laisser prendre une pioche ni relever quelque chose de plus lourd qu'une assiette de nourriture. Son mari la couvait comme à un poussin démuni et même si parfois tant de soins et prévenances l'agaçaient un peu elle opta pour s'y plier sans discuter. Il ne lui resta qu'à jouer les conseillères, ce qui ne résultait pas trop fatigant. Assise auprès de M. le Maire, elle reçut les 15 femmes qui s'étaient présentées à l'appel.


Le discours dont les octroya Sebastien aurait pu en désenchanter d'autres mais pas une ne se rebiffa devant le tableau si peu engageant que dépeignait M. Darken.

*Mince, à l'entendre on croirait qu'il a été un papoose cheyenne, celui là!*

En tout cas, ses conseils furent pleins de bon sens.

*Cette vie l'a drôlement changé, mon adorable inutile!*

Néanmoins, il lui laissa le loisir de continuer avec la séance avec ces dames. Pendant un instant, Miranda se demanda que leur dire de plus. Ses connaissances sur la vie des Indiens se résumait aux films de John Wayne et les aventures de Daniel Boone et encore elle était sûre que ce ne pouvait pas être une information trop fiable.

Ce ne sera pas une vie facile, il faudra travailler. Les hommes de la tribu chassent et vont à la guerre mais les femmes...et bien, c'est à elles de s'occuper de l'agriculture, le soin des animaux et des enfants bien entendu...si enfants il y a un jour, je vous le souhaite. Il vous faudra vous y mettre à la confection de tippis, à tanner les peaux qu'ils rapporteront de la chasse et le tout en démontrant humilité...n'oubliez pas que c'est une culture nettement machiste.

Pas de quoi encourager les élans d'aventure de ces femmes mais elles semblaient très satisfaites avec l'idée. Miranda qui ne trouvait rien de plus à dire, se contenta de leur distribuer les vêtements, couvertures et ustensiles divers promis par son généreux mari et leur souhaiter bonne chance. Pour alors le bébé ruait de belle façon et elle dût se lever pour aller faire un tour sans l'espoir de calmer l'enthousiaste joueur de football américain porté sous son cœur. La jeune femme était sûre que ce serait un garçon..allez savoir pourquoi!

Le lendemain à l'aube, elle accompagna son mari pour assister, le cœur serré, au départ de Sir Richard.


*Tout va aller bien...tout doit aller bien. Quel brave...que Dieu le protège!*

Serrée dans les bras de son chéri, elle essaya de se montrer calme, chose pas du tout facile, vu l'énervement général. Tout était à point pour repousser une attaque. Mrs. Darken ne pipait mot mais des idées terrifiantes hantaient son esprit...elle imaginait Sir Richard tué par ces sauvages, sa tête sur une pique...son cadavre mutilé jeté au bas de la palissade...n'importe quoi...

Pourtant, contre toute attente, Burton revint, non seulement d'une pièce mais rapportant des grandes nouvelles. Les Indiens voulaient une alliance avec eux pour se libèrer des contraignants barbares. Là, ces messieurs la renvoyèrent gentiment à ses quartiers avec l'ordre de se reposer, chose qu'elle accepta avec surprennante docilité...cela faisait un moment que la forme n'était pas au rendez vous, alors là pas du tout. Elle chaloupa, non vers leur pavillon mais plutôt, éclair de génie, vers celui de Jess Owen et y arriva juste au moment où une fulgurante lame de douleur la scia, la faisant pratiquement se plier en deux. À son cri, hurlement plutôt, le jeune docteur accourut et la porta presque á l'intérieur.

Qu'est ce...que se passe t'il?, sanglota t'elle, éperdue.

Se passer? Rien de plus normal...

Dans quelques heures, tu pourras serrer ton bébé dans les bras!

SEBASTIEN!!!!!!!!!!!

Elle n'aurait pas pu trouver pire moment pour mettre son enfant au monde...

Je veux mon mari!!!!

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sissi Impératrice
Historique
Historique
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71
Age : 37
Date d'inscription : 23/09/2008

Moi,et rien que moi !
Age du personnage et Profession:
Diamants:
100/1000000000  (100/1000000000)
Inventaire Objets:

MessageSujet: Re: Attaque [mission3]   Mer 11 Nov - 17:19

La guerre… Ces hommes n’avaient que ça en tête. Quand diable cela changerait-il ? Sans doute jamais… Gâcher une seconde chance pour défendre des bouts de terre semblait si dérisoire.
Elle n’était pas allée sous le champignon réclamer d’autres moyens de destruction. On avait à nouveau Achille dans les rangs alors, à lui seul, il suffisait, non ?
Très triste d’avoir encore à assister à la folie humaine, Sissi s’était occupée du ravitaillement de bouche. Voir Richard si taciturne l’émouvait. Cet homme était bien courageux. Elle lui aurait volontiers tenu compagnie mais, apparemment, Marie s’en chargeait.
Et si tout foirait ? Si Burton revenait démembré, mutilé avec déclaration d’hostilité sans merci… ? Elle se tuerait plutôt qu’un sauvage ne la touche. Jamais elle n’admettrait cela. Pour la première fois de sa vie, Elisabeth était maîtresse de sa destinée. Ce n’était pas pour tomber sous le joug d’un barbare puant. Non, alors !
Une nuit solitaire de plus s’écoula. Que fichaient Marie, Hélène et Pierre, elle s’en moquait. Enfin… en principe. N’ayant personne à consoler, elle se retrouva assez fatiguée au matin avec l’angoisse du jour à venir. Il passa bêtement, entre coups de pioche, prières et répartition des colis obtenus. Souvent, elle croisa le Héros grec, enviant son calme alors qu’elle mourait de trouille. Il y eut un soir, il y eut un matin…
Dans l’aube grise, elle vit Burton enfourcher sa monture


*Adieu Richard !*

Convaincue qu’elle ne le reverrait plus, elle veilla au ravitaillement sans pour autant quitter de l’œil Mrs Darken qui lui paraissait à la fois docile et énervée.

*Ma tête à couper que le gosse va être pondu plus tôt que prévu…*

Contre toute attente, L’ambassadeur revint intact. Selon ses dires, les sauvages se tiendraient à carreau si on les aidait à refouler les barbares !
Quelle agitation !
Déjà les hommes se rassemblaient, discutant plan, tactique. Elle n’avait pas à s’en mêler, elle suivait chaque geste de la pâlotte Miranda.
Quel instinct la poussa à la suivre alors qu’elle sortait ? N’empêche qu’elle tomba à pic en la voyant quasi s’écrouler face au pavillon médical. Owen déjà accourait, l’air ravi. Se glissant derrière eux, elle entendit nettement :


Dans quelques heures, tu pourras serrer ton bébé dans les bras!

Et la primipare de brailler après son mari…

Du calme ! intervint l’impératrice, s’approchant doucement.
Docteur, on va avoir besoin de vous à la mairie : Richard est de retour. Il est intact, je vous rassure. Mais je pense qu’une expédition punitive se prépare… vous deviez en être. J’ai mis au monde trois enfants ; je connais la technique. Je m’occupe de Mrs Darken ; veuillez simplement juger du travail en cours
.

Jess referma le plastique de discrétion puis le releva après examen :

Tout est en ordre. La dilatation du col a commencé. Je vous souhaite bien du courage mais vous confie ce talkie au cas où un problème surgirait. Rassurez-la, distrayait-la, c’est le mieux.


Et l’autre qui n’arrêtait pas de pleurnicher qu’elle voulait son Sébastien…

Sissi fut douce mais ferme :


Mon petit, ton mari prépare une guerre. Je suis sûre qu’il voudrait être ici. N’ajoute pas un problème à ceux qu’il a déjà. D’ailleurs, si je ne m’abuse, à part tomber dans les pommes, il ne te servirait pas à grand-chose.
Passons le temps agréablement, c’est le mieux. Raconte-moi comment vous vous êtes connus ? Comment vous vous êtes plus ? Je vous connais si peu.


Lentement, Miranda raconta. Elle se tordait régulièrement de douleurs que calmaient Sissi en la faisant respirer profondément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Attaque [mission3]   Jeu 12 Nov - 17:20

Pensez-vous réellement que si nous allions prier le Champignon, il nous accorderait assez de femmes stupides pour accepter un tel marché ? Qui nous dit, après tout, que ses sauvages tiendront parole une fois cette fable acceptée ?

La phrase de Sissi lui fit hausser les épaules. Bien sûr qu'il n'en savait rien mais après tout pourquoi ne pas tenter ! Comme sa proposition n'avait pas de succès, Jonathan se mura dans le silence, écoutant les avis des uns et des autres.

Je ne mets pas la vôtre en doute, Sir Richard. Je dirai comme Ponce Pilate : je m’en lave les mains. Si on en vient à un tirage au sort soyez assuré que je file Dieu sait où sous le Champignon.

La remarque de la jeune femme le fit sourire. C'est vrai qu'il serait dommage de perdre une femme aussi jolie et avec autant de caractère ! La suite se déroula de façon logique. Il aida, tantôt à la mine, tantôt au champignon, là où il y avait besoin d'aide bien sûr. Jonathan était un travailleur solitaire. Le soir, il rentrait dans son bungalow seul, se préparait un rapide repas avant de se coucher. Un lit froid l'accueillait pour une nuit avant qu'il ne reparte bosser. Les regards que les couples échangeaient de temps à autre en journée, n'échappait pas au journaliste. Il était seul et ne voyait pas quelle femme voudrait de lui de toute façon. Quinze demoiselles plus ou moins jeune acceptèrent de partir rejoindre les cheyennes. On pouvait dire qu'elles étaient courageuses !

Burton revint entier. La preuve que les indiens tenaient paroles. Ses dires en surprirent plus d'un mais la mission s'organisa. Armes, munitions, tenues adaptées, tout se prépara le plus rapidement possible. Jonathan était prêt. De toute façon, il n'avait rien à perdre. Célibataire, sans aucune attache, contrairement à beaucoup, il se fichait d'être en première ligne. D'ailleurs il en fit part à Burton. S'il lui fallait un éclaireur, il était prêt ...
Revenir en haut Aller en bas
Heléne, la belle de Troie
Historique
Historique
avatar

Nombre de messages : 123
Humeur : Enjouée
Date d'inscription : 07/05/2009

Moi,et rien que moi !
Age du personnage et Profession:
Diamants:
4350/10000000  (4350/10000000)
Inventaire Objets:

MessageSujet: Re: Attaque [mission3]   Dim 15 Nov - 15:49

Deux jours de trêve. Que sont deux jours? Surtout qu'ils pouvaient très bien être les derniers. Dans le village. l'activité allait bon train. Tous travaillaient avec entrain pour mettre en place les défenses sachant qu'à la fin du délai donné il y aurait bataille.

Hélène faisait tout son possible pour se rendre utile et alla même à la mine pour piocher quelques diamants même si le travail était dur et elle faisait triste figure avec une pioche en main mais le moment se prêtait mal pour jouer les reines délicates. Une fois cette tâche exténuante finie, elle put regagner le village et s'adonner à d'autres activités moins harassantes. Louis était très occupé à mettre à point des nouvelles stratégies, chose en laquelle il excellait. Affaire d'hommes de laquelle, la belle ne comptait pas se mêler préférant chercher de quoi se rendre utile.

Jess Owen la retint au pavillon médical où tout devait être prêt à recevoir d'éventuels blessés. Elle s trouvait là, à ranger pansements et autres quand le jeune docteur fit son apparition en portant presque la femme du Maire.

On a un accouchement en portes!

Hélène écarquilla les yeux et essaya de garder le calme. Franchement Miranda aurait pu choisir un meilleur moment pour mettre au monde son enfant mais puisqu'on en était là, inutile de perdre la tête et énerver encore plus la future mère qui ne faisait qu'appeler son mari. Sissi qui s'était jointe au petit comité prit l'affaire en main avec un calme qu'Hélène lui envia.

Tu n'as pas de souci à te faire, Miranda...Mettre au monde un enfant est chose de femmes...tu es en bonnes mains...Sissi et moi sommes déjá passées par cela...tout ira bien!

Elle caressa doucement les cheveux de la jeune femme qui faisait des efforts pour ne pas pleurer ou hurler.

Oui, raconte nous plutôt un peu de ta vie...

Et il faut dire que Miranda avait pas mal à raconter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Historique
Historique
avatar

Nombre de messages : 123
Date d'inscription : 24/09/2008

Moi,et rien que moi !
Age du personnage et Profession:
Diamants:
1800/1000000000  (1800/1000000000)
Inventaire Objets:

MessageSujet: Re: Attaque [mission3]   Mar 17 Nov - 0:33

Deux jours de trêve, deux jours de folie, oui !
Aller à la mine, surveiller les préparatifs, les pièges, les munitions et provisions de bouche C’est à peine si Louis put conter fleurette cinq minutes avec sa douce Hélène. Courageuse petite bonne femme que celle-là ! Il l’avait vue d’essayer à la pioche mais craignait tant qu’elle ne se blesse ( ou ne blesse quelqu’un d’autre) qu’il l’avait renvoyée s’occuper du pavillon médical qui manquait de main -d’œuvre.
Le reste du temps fut consacré à la stratégie. Pas évident d’élaborer des plans quand on ignore ce que vous réserve l’ennemi.
Enfin, il y avait fort à parier qu’il faudrait en découdre tôt ou tard. Souvent, le roi se demanda ce que pensait Richard. Il l’aperçut plusieurs fois errant comme une âme en peine. Secrètement, le XIVème admirait le courage de l’ambassadeur se demandant comment lui se comporterait en de telles circonstances.
Et Richard partit à la rencontre de… ses bourreaux ? La proposition qu’il avait à faire ne remplissait pas toutes les conditions demandées mais des cartes avaient été examinées et des territoires choisis. 15 femmes se tenaient prêtes à plier bagage si les ennemis en voulaient.
L’attente cruelle commença pendant laquelle chacun s’équipa au mieux. Puis un cavalier fut repéré et tous se sentirent soulagés de voir Burton en un seul morceau. Ce qu’il déclara fit monter l’optimisme. Les indiens n’interviendraient pas dans l’affrontement. Cela réduisait de beaucoup le nombre d’ennemis à affronter. L’activité s’accrut. Dans une heure, on saurait le dénouement de l’histoire.
Les barricades furent examinées ; tout fut paré.
Un peu surpris, Louis vit débarquer Jess owen. Normalement Hélène devait se trouver au dispensaire. Quelques hommes le défendraient mais l’amoureux n’était pas rassuré. Le médecin comprit-il l’angoisse du roi ? Le fait est qu’il lui souffla une excellente nouvelle, quoique


Vaut mieux ne rien dire à Darken… murmura-t-il en réponse.

Connaissant le maire, celui-ci filerait aussitôt rejoindre sa femme, et leur belle organisation en souffrirait.
Même s’il n’était pas habitué à diriger, Sébastien se débrouillait bien. Autant rester unis.


Sur le pied de guerre, les hommes des bâtiments fortifiés se tirent prêts.
Les sosies avaient toujours fasciné Loulou. C’était tellement marrant. Il connaissait la longue vue mais les doubles lunettes s’avéraient très pratiques et puissantes. Observant les alentours depuis le toit en plateforme de la mairie, il ne rata pas un petit nuage de fumée qui s’éleva soudain dans le ciel pur. Vu la façon dont elle s’entrecoupait, cette volute n’avait rien de naturel. Vite, il changea de position, cavalant dans l’escalier en beuglant :


Le signal ! J’ai vu le signal. Ils sont en route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jess Owen
Admin sadique
Admin sadique
avatar

Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 17/08/2008

Moi,et rien que moi !
Age du personnage et Profession: 30 ans; médecin
Diamants:
35368/100000000  (35368/100000000)
Inventaire Objets:

MessageSujet: Re: Attaque [mission3]   Mar 17 Nov - 0:38

Post MJ


Branle-bas de combat général. Des directives fusèrent grâce aux talkies. Quelques minutes plus tard, la horde sauvage de Barbares fonça dans d’affreux cris belliqueux.
Un carnage ! La première vague d’assaut rencontra les quatre batteries d’artillerie lourde qui fauchèrent hommes et chevaux.
Ça sentait la poudre, la sueur, la peur et l’excitation.
Il y eut un repli des rescapés. Les pauvres se heurtèrent à des nuées de flèches tirées par leurs anciens alliés. Louis vit nettement le chef Barbare pester comme pas deux alors que le mot « traître » fut perçu par tous.
Pris entre deux feu, les barbus comprirent leur défaite mais résistèrent jusqu’au bout. Les tirs nourris et précis abattirent encore de nombreux fous. Puis, Achille, Benett et Richard sortirent des bâtiments armés de lance-flammes. L’odeur des chairs rôties devint écœurante. La fumée empêchait d’y voir très clair mais les râles d’agonie cessèrent progressivement.
Lorsque le vent balaya miasmes et brouillard, hébétés, les villageois crurent avoir vécu un mauvais rêve. Si eux avaient des visages noircis et de petits bobos, le théâtre de la tuerie ne portait que des stigmates du combat. Pas une carcasse ne subsistait, à croire que les cadavres s’étaient évaporés.
Chacun sortit de son trou, lentement, abasourdi, contemplant l’inimaginable. Un bruit de trot leur fit relever la tête ; des armes se relevèrent. Imposant le calme, Richard lâcha son lance-flammes et s’avança à la rencontre de la délégation indienne. Lame Withe Man affichait un sourire. Il descendit de cheval et salua l’ambassadeur. A son tour, le maire intervint, débitant une sorte de discours improvisé qui fit sourire le grand chef. Tous furent convié à l’intérieur afin d’échanger les… cadeaux.
Les femmes consentant à suivre les sauvages furent présentées. On déroula les cartes en exposant les avantages et inconvénients des terres promises. Dans une ambiance sereine Marie Manchini déboula en compagne d’Hélène. Le maire était requis de toute urgence au dispensaire.
Alors que des mains se serraient à la mairie, des vagissements retentirent telle une magnifique promesse d’un avenir nouveau.



Merci à tous d'avoir participé à cette mission.

En récompense de votre fidélité, vous pouvez réclamer 2500 diamants et 1 gros voeu au champignon.
Wink

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Attaque [mission3]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Attaque [mission3]
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Attaque de fourmis folles/jean Erich Riche
» Scénario : Attaque à la lisière de Fangorn (S.D.A)
» L'attaque orque
» Attaque d'un camp orque
» L'attaque des Wargs: A la recherche d'un allié

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: BETA :: -
Sauter vers: